Portez à l’écran les Femmes pour la Planète !

 

  • ALLEZ LES FEMMES !

    Elles sont six. Elles s’appellent Amy, Heike, Ida, Merethe, Otaciana, Pabitra. Elles vivent au Canada, en Allemagne, en Argentine, au Danemark, au Népal et au Brésil. Elles ne se sont jamais croisées, mais elles ont bien des traits communs. Mon projet : les réunir dans un nouveau film, à l’antenne sur Ushuaïa TV pour la journée de la Femme, le 8 mars 2015.
    Sacrée CroissanceUn foisonnement d’initiatives citoyennes pour en finir avec la croissance

    Je les ai toutes rencontrées lors du tournage de “Sacrée croissance !” (diffusé par Arte le 4 novembre 2014), un film qui interroge le dogme de la croissance économique illimitée dans un monde aux ressources limitées, avec de nombreux interviews d’experts de cette question. Emy, Heike, Ida, Merethe, Otaciana, et Pabitra y tenaient des rôles très différents, secondaires pour la plupart d’entre elles. Elles font partie de ces voix de plus en plus nombreuses, qui s’élèvent pour réclamer que s’opère une transition économique et écologique, qui permettra d’affronter les défis du XXIème siècle. Sans attendre, elles montrent à leur niveau qu’il est possible de faire autrement, en participant à des initiatives vers une société durable et plus équitable, dans le domaine de la production alimentaire (agriculture urbaine), de l’énergie (villes en transition), et de l’argent (monnaies locales).

    Les femmes sont à l’avant-garde de la transition écologique

    Lors de mon enquête, j’ai découvert que les femmes jouent un rôle important dans  le développement de ces initiatives dont elles sont bien souvent les chevilles ouvrières. Ces “lanceuses d’avenir” ne sont pas des militantes ni des intellectuelles mais des actrices discrètes et efficaces, habitées par un sentiment d’urgence face à la détérioration de la planète qu’elles considèrent comme une menace pour l’avenir de leurs enfants et, plus généralement, de l’humanité. C’est pourquoi j’ai décidé d’utiliser les images tournées pour “Sacrée Croissance !” (et pas toujours utilisées dans le montage final), pour mettre en avant les voix de ces “héroïnes locales” dans ce nouveau film intitulé “Femmes pour la planète”, centré sur  leurs motivations et leur engagement .

    (c) photo 1 Shruti SHRESTHA

    (c) photo 2 Josué BERTOLINO

  • Qui suis-je?

  • je me nomme Marie-Monique ROBIN. Cela fait trente ans que je suis journaliste et la grande majorité des documentaires que j’ai réalisés concernaient les droits humains. Plusieurs d’entre eux étaient consacrés à la situation et aux droits des femmes dans le monde: “Le théâtre des mules” (ARTE), “La révolte des femmes battues” (M6), “Femmes de prêtres” (TF1) ou “Les petites dames du planning” (France 5).

    “Femmes pour la planète” constitue un hommage à des citoyennes de “la base”, qui agissent ici et maintenant et montrent qu’un autre monde est possible. Ce monde n’est plus fondé sur la concurrence, l’égoïsme et le désir de possession mais sur la solidarité et le “prendre soin”: qu’elles pratiquent l’agriculture urbaine à Rosario (Argentine) ou à Toronto, s’occupent d’une coopérative énergétique au Danemark ou au Népal, ou soient les utilisatrices d’une monnaie locale à Fortaleza (Brésil) ou en Bavière, les “femmes pour la planète” donnent de l’espoir en réveillant ce qu’il y a de meilleur en chacun d’entre nous. Elles sont des sources d’inspiration à un moment où règnent le désarroi et l’inquiétude pour le futur. Elles confirment que les mots magnifiques du poète allemand Goethe ne sont pas vains: “Tout ce que tu peux faire ou rêver de faire, tu peux l’entreprendre. L’audace renferme en soi génie, pouvoir et magie”…

    (c) photo Bumthab LHENDUP

  • A quoi servira la collecte ?

  • La maquette  de “Femmes pour la planète” est en cours de montage. Regardez la bande annonce. D’une durée de 52 minutes, le documentaire a été pré-acheté par Ushuaïa TV qui l’a programmé le 8 mars 2015, pour la Journée de la Femme. Il a obtenu le soutien du Centre national de la cinématographie (CNC), mais il manque encore 18 000 euros pour le finaliser : montage (six semaines), mixage, doublage, habillage et musique originale. S’y ajoute une journée de tournage avec Emilie Hache, une philosophe qui travaille sur l’éco-féminisme et sur l’écologie politique. Son interview constituera le “fil rouge” du film en interprétant la parole et l’action de ces “lanceuses d’avenir” qui, au Nord comme au Sud, ont engagé la transition vers une société plus solidaire et respectueuse des limites de la planète.
  • Les contreparties

  • Pour tous ceux qui participeront à ce financement, et tous ceux qui le souhaiteraient sans le pouvoir, je suis sûre que la plus grande récompense sera de voir à l’écran les récits d’Amy, Heike, Ida, Merethe, Otaciana, et Pabitra, comme des échos de leurs propres motivations trop souvent ignorées des médias. Les contreparties que nous avons imaginées ne sont donc que les signes visibles de la participation monétaire de ceux qui en ont la possibilité. Je serai heureuse de vous rencontrer lors de l’avant-première publique dans les locaux de notre post-production, le 19 février 2015 (attention : pour accéder aux places qui seront réservées aux souscripteurs, il ne faudra évidemment pas attendre le 8 mars, date de fin de l’appel aux dons).

CLIQUEZ ICI POUR PARTICIPER

 

Ce contenu a été publié dans Annonces. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Blocage des indésirables par WP-SpamShield