Notre-Dame-des-Landes – Succès de la mobilisation du 17 NOVEMBRE


Dès 9h du matin, des milliers de manifestant-e-s ont convergé vers le bourg de Notre-Dame-des-Landes. Vers 11h, c’est un cortège immense qui s’est élancé en direction de la zone à défendre dans un chouette bazar. Immense, mais aussi plein de gens d’horizons divers : venus de la région ou de l’autre bout de la France ou de l’Europe ; jeunes ou plus âgé-e-s ; familles ou groupes en luttes ; comités locaux ou individu-e-s… Un cortège aux ambiances variées aussi entre battukadas, chorales improvisées ou non, ballade tranquille et bandes de clowns, parsemé d’un drapeau aux couleurs de la lutte : un cercle rouge entourant un avion barré. Une joyeuse bande accompagnée de tracteurs et de camions chargés d’éléments de charpentes, de divers matériaux de constructions, de chapiteaux, de marabouts. Selon nos comptages, on dénombrait environ 40 000 manifestant-e-s accompagné-e-s de plus de 400 tracteurs. Cette grande manifestation populaire a encore une fois démontré l’échec de la campagne des autorités pour diviser l’opposition à l’aéroport et à son monde.

JPEG - 179.9 ko
La tête de la manif
JPEG - 191.6 ko
Le convoi de matériel quitte le bourg
JPEG - 110.5 ko
Le convoi de tracteurs

Vers 13h, le début du cortège est arrivé sur le site de réoccupation alors que la fin de la manif n’était pas encore partie du bourg ! Pendant qu’un campement d’accueil se montait dans un champ, le défrichage a commencé sur le terrain choisi pour accueillir le nouveau lieu d’organisation : un bois de châtaigners parsemé de clairières en cours d’expropriation. On était plein à faire la chaîne pour acheminer les matériaux de construction déchargés des tracteurs au bout du chemin boueux. Les charpentes des structures de base a été montées très rapidement. Pendant ce temps, dans le champ, de nombreux groupes en luttes témoignaient des luttes qu’illes mènent ici et ailleurs contre l’aménagement du territoire et le monde qui va avec.

JPEG - 212.5 ko
La chaîne qui décharge les constructions
JPEG - 184.6 ko
Des planches qui voyagent

A la fin de la journée, les murs de la cabane de discussion et la cuisine collective sont érigés. On construit aussi sanitaires, dortoirs, atelier et mobilier, et autres petites structures. De nombreuses autres cabanes amenées lors de la journée seront montées dans les jours qui viennent.

JPEG - 179.7 ko
Le chantier de construction
JPEG - 231.2 ko
La cabane de discussion en fin de journée

On était des dizaines de milliers pour occuper ce nouveau lieu d’organisation de la lutte contre l’aéroport et son monde. Ça fait une belle force collective pour intensifier la lutte d’ici dans la perspectives des travaux qui s’annoncent. Cette force collective, on souhaite aussi qu’elle donne de l’énergie à tou-te-s celleux qui sont venu-e-s de plus loin pour lutter contre les projets et autres merdes qu’illes se prennent sur la geule.

JPEG - 107.9 ko
Une pancarte de la manif

Par ici la lute continue dans le temps qui viennent : ce week-end et la semaine prochaine pour continuer la reconstruction sur le terrain occupé aujourd’hui, dans la forêt de Rohanne et ailleurs ; le week-end prochain pour la manifestation mensuelle contre l’aéroport et son monde à Nantes samedi 24 ; et dans les mois qui viennent pour empêcher la destruction de la forêt de Rohanne et les premiers traveaux du barreau routier prévus dans les mois qui viennent – des rendez-vous qui seront relayés sur le site web zad.nadir.org.

Alors qu’ils pensaient vider la zone, le mouvement contre l’aéroport et son monde prend de l’ampleur. Une lutte collective qui ne fait que commencer.

“ON RÉOCCUPE LA FORÊT”

Depuis deux ans, des personnes occupent la forêt de Rohanne située au centre de la ZAD. C’est avant tout un bois humide, où pousse essentiellement pins, châtaigners et chênes. Certains de ces arbres ont aujourd’hui plus de cent ans. Dans ces bois, les soirs de grande humidité, il faut marcher prudemment, afin de ne pas piétiner les salamandres de feux qui y vivent en nombre. Chaque nuit nous nous endormons en écoutant chanter les chouettes. C’est une petite forêt, certes, mais elle est pleine de vie. Plantes et animaux s’y épanouissent, tout comme nous. Cependant elle est aujourd’hui gravement menacée par le projet d’aéroport à Notre Dame des Landes.

Jeudi 18 Octobre, gendarmes et bulldozers sont venus détruire notre belle cabane collective, construite sur trois étages. Les gendarmes sont ensuite revenus le mardi 30 Octobre, ainsi que dans la matinée du mercredi 31, pour détruire les sept cabanes construites dans les arbres et deux nouvelles plateformes collectives construite
s depuis leur dernière visite en ces lieux. Il y avait au moins une cinquantaine de gendarmes protégeant deux nacelles élévatrices utilisées par une équipe de « grimpeurs ». Celles-ci leur permettaient d’atteindre les cabanes afin de nous expulser, ce qui fut fait de manière extrêmement violente. Les deux premiers arbres vidés de leurs occupantes furent coupés sur le champ. Pour éviter cela, les occupantes des autres cabanes ont grimpé plus haut dans les arbres. Incapables de les faire descendre, les forces de l’ordre se sont donc limitées à la destruction des cabanes, à l’aide de leurs machines. Cette méthode a certes permis de sauver ces arbres, mais fît prendre de grands risques aux personnes qui avaient décidé de se nicher dans les branches les plus hautes. En effet, ces arbres ont été secoués par les machines, laissant entendre une série de craquements, et nous étions peu rassurées par le fait que les travailleurs ne semblaient pas se préoccuper de la dangerosité de leurs actes.

Ne voulant pas leur laisser la moindre victoire, nous avons vite fait bricolé une nouvelle cabane à même le sol pour pouvoir dormir dans la forêt dès le lendemain. Le lundi 5 novembre, la forêt fut encerclée par une vingtaine de fourgons. Deux cents gendarmes en sortirent, flashballs et boucliers en main, et entrèrent à pied pour expulser les six personnes qui dormaient là. Ils ont ensuite détruit la cabane, découpé les matelas et cassé les vélos.

La destruction de nos cabanes n’a fait que renforcer notre détermination à rester et à reconstruire les défenses de la forêt, toujours plus hautes et toujours plus solides. La forêt de Rohanne toute entière est censée être coupée cet hiver et nous n’avons plus de temps à perdre. Il faut reconstruire et nous organiser pour éviter cela.

La semaine suivant la grande manif’ de réoccupation du 17 Novembre, du lundi 19 novembre au vendredi 23, nous vous invitons à venir, avec vos connaissances et/ou outils, pour participer à la reconstruction et à la réoccupation de la forêt. Nous nous sentons bien entourées et pleines d’énergie mais il est important d’être le plus nombreuses possible !

Nous nous proposons d’aider les personnes débutantes à apprendre à grimper et à construire dans les arbres pour défendre cet endroit toutes ensembles. Il est important de savoir que la semaine s’annonce froide, humide et boueuse, il faut donc venir équipé ! Il y a de la place pour dormir sur la ZAD, mais nous vous recommandons d’être le plus autonome possible (vêtements contre le froid et la pluie, tente et duvet, etc). Tous les matériaux sont bienvenus (matériel de grimpe, cordes en polypropylène, planches, poutres, clous, outils?). Surtout, nous avons besoin de votre énergie et de vos idées pour renforcer la défense de la forêt. Ils n’ont cassé que des cabanes, nous sommes toujours là et nous ne partirons pas !

Un documentaire sur la forêt de Rohanne avant et pandant les expulsions. Venez reconstruire avec nous !

Ce contenu a été publié dans Annonces. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Blocage des indésirables par WP-SpamShield