LINKY – Résistance citoyenne dans le Lot

Cet été l’entreprise Chavinié pose des compteurs Linky sur Cahors avec de la résistance massive comme à la Résidence St Géry où les résidents ont repoussé 17 tentatives de l’entreprise Chavinié, et ponctuelle par des refus de citoyens plus isolés.

Une réunion publique a eu lieu vendredi 18 août (organisée par Pierre et Dorina Salis) à Labastide Murat (salle mise à disposition gratuitement par le nouveau député A. Pradié) avec une centaine de personnes présentes, donc un vrai succès. Une autre réunion est en préparation à Prayssac.

Pour faire le point sur la situation actuelle et sur les actions futures, nous vous proposons une
Réunion du Collectif Alerte Linky
mercredi 30 août à 20h30
au Lieu Commun
68 rue Louise Michel (St James) à Cahors.

Des propositions d’actions ont été faites comme :
– Organiser une réunion publique à Cahors en septembre
– Organiser une manifestation anti Linky à Cahors
Nous ferons un point sur les luttes actuelles, les arguments juridiques pour refuser les compteurs.

Le Collectif Alerte Linky
fliflac@orange.fr

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someonePrint this page
Ce contenu a été publié dans Annonces. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à LINKY – Résistance citoyenne dans le Lot

  1. BRAVO dit :

    Bonjour
    Je ne comprends pas cet acharnement contre le déploiement de ces nouveaux compteurs communicants. Toutes les études scientifiques sérieuses, et non les démonstrations fantaisistes et alarmistes de pseudo scientifiques, montrent la très faible nocivité de ces compteurs et de leur mode de communication. Nous sommes plus “en danger” avec notre téléphone portable ou avec le wifi présent dans nombre de nos habitations. Je pense plus écologique la démarche d’utiliser ces compteurs et la meilleure connaissance, et donc maîtrise, de nos consommations pour plus nous éduquer à mieux consommer, limiter l’investissement dans les moyens de production d’origine nucléaire et favoriser le développement des moyens de production éoliens ou photovoltaïques. N’oublions pas que le développement de véhicules électriques passe par cette maîtrise pour pouvoir répondre à cette nouvelle demande importante.

    • Elijah dit :

      1) Vous écrivez “je pense plus écologique la démarche d’utiliser les compteurs linky”
      Vous “pensez”, OK. Qu’en faire si vous n’argumentez pas, pour qu’on puisse choisir si on est d’accord? Montrez en quoi l’écologie s’améliore…
      Car voici des faits a contrario :
      ==> avant linky, une donnée se déroule, une molette mécanique autrefois, une jauge électronique maintenant, rien de “communiquant à tout va”, et c’est parfait : juste simplement, ça se relève la somme de watts au terminal électrique de la maison, ne cause aucune nuisance, et ça fait ce qu’on demande : indiquer ce qu’on a consommé pour la facture, ça se relève très facilement soi-même au trimestre, un humain releveur peut passer vérifier. POINT.
      Savoir combien on doit. J’ai du mal a voir quel autre service doit remplir mon compteur. Et on voit facilement s’il est bien calibré.
      ==> avec linky, il y a de la circulation, non plus d’électrons pour assurer l’électricité, mais de “données” (des “données”? pour ma part, je ne demande pas une foultitude de relevés à tout moment, seulement l’ “électricité”, merci). Cela véhiculé sur tous les fils électriques de la maison, pas conçus pour ça (dont émanations autour des fils, dont “potentiel” de risque santé -OMS-). Il s’enregistre, puis sort et ‘communique’, de façon non transparente, des données de consommations relevées par milliers par rapport à tous les appareils électriques (lesquels sont “enfin connectés au reste du monde”, cit., rhhââ lovely, tandis que des enfants meurent dans les pays où l’on extrait les matériaux de nos technos de pointe de circulation de l’information, sans être connectés à personne du monde, eux, hélas). Ces données vont rejoindre un lourd piquetage territorial de poteaux de transmission et entrer en satellisation autour du monde (effectivement, je ne vous le fais pas dire, celui pour les portable est déjà pénible). On en ignore tout, à part deux choses :
      -> on recevra certes éventuellement, à date et absolument pas en temps réel, une ventilation de nos consos, guère gérable, et comme si des fois on ne savait pas déjà les différentiels de consos entre un aspirateur et un LED, comme si des fois on ne savait pas qu’il faut réduire qq débauches comme les “veilles” et mises sous tension permanentes. En ce qui concerne le cas particulier de l’appareil intelligent qu’est l’ordi, ça a d’abord paru simple et peu consommateur, en “consommation apparente”, mais ce qui fait la différence avec la machine à laver, c’est les données captées sauvagement par le web énergétivore, et là on ne sait plus ce qu’il en est de la dépense d’énergie que l’on occasionne, juste que c’est inquitétant (voir plus loin, la machine à laver va devenir plus intelligente elle aussi…),
      -> et il y aura quelqu’un qui recevra les bénéfices de ce que l’on a nullement demandé : une manne d’indications sur les consommations et fonctionnements des foyers et des appareils, qui fera d’ENERDIS un leader dans ce monde hallucinant du traitement et de la vente des données sur les consommations des personnes (cet éloge a été dit il y a un an dans une vidéo mirifique, on n’en parle plus, il me semble). Métier parfaitement inutile, nocif, rapace, non générateur d’emploi, concentrateur de finances, énergétivore, pollueur donc, addicteur, etc…
      Car en effet, c’est quoi, les nouveaux “meilleurs coups” pour start-upers? : pratiquer la vente par lot, par attributs, par catégorie, d’une manne de milliards de milliards de données sur les usagers… vers des vendeurs-démarcheurs de ce qui consomme l’énergie électrique, et ça ne cesse plus de richocher… Un des viles métiers d’un monde qui ne recherche plus que le travail sans coûts et la consommation massive.
      Qui, des gens ordinaires, a besoin de cela, et de faire monter des puissants dont on ne peut plus se défaire?
      ==> On entrera bien sûr en même temps dans de l’occulte (ça vous dit qqch, l’obscurantisme?): on aura des consommations apparentes, et puis derrière, réellement, non chiffré, tout le merdier à partir des données en perpétuel transit autour du monde, avec densité de poteaux émetteurs-récepteurs de formes de pollutions, et extension des data-centers énergétivores.
      C’est ça votre amélioration écologique?
      Ce modèle, on lui dit NON, il est mort (voir l’économiste Keynes, 1930) mais il ne le sait pas, alors il enfle, et il participe à l’étouffement du monde.
      NOT IN MY NAME. NOT FROM MY HOME, c’est tout ce que je voudrais avoir “encore” le droit de dire et pratiquer, merci.
      J’ai juste besoin d’un peu d’électricité, je regrette.
      2) Je ne comprends rien à votre deuxième moitié de texte.
      En quoi ces relevés Linky ont-ils le moindre lien avec la limitation de l’investissement dans le nucléaire et le développement d’énergies non polluantes, non dangereuses, non prédatrice, qui est un choix politique ?
      Le système linky, toute architecture confondue, pas seulement l’apparent dans les foyers, EST plus dispendieux en énergie (et le choix principal est nucléaire à ce jour), comme je viens de le dire, cela même si le degré de conscience des consommations montait d’un millimètre en regardant notre ventilation de consommation apparente. En fait, “qui” va contempler un tableau d’analyse ou un écran de plus? Vous parlez d’ “éduquer”! : éduqués par un robot vert anis?, vous me faites rire, bien des acteurs de l’éducation n’ont pas attendu pour faire mieux et plus vif, et l’insuccès reste d’ordre politique (cf le choix actuel du nucléaire pour la plus grande part de la conso électrique)
      Conclusion: “Je” “pense” que Linky n’apporte rien, et qu’il nuit beaucoup, et je crois avoir étayé mon propos, vous permettant de voir à partager cette pensée, ou, du moins ce doute, sinon cette inquiétude vive.
      Merci.
      PS: je n’ai pas employés les arguments les plus courus, ou du moins la façon de les dire, supposant sans doute à tort que vous en avez vent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Blocage des indésirables par WP-SpamShield