GDS – Communiqué de presse de la coordination des collectifs locaux

Les collectifs locaux, réunis en coordination nationale à
Saint-Avold, Moselle, les 12 et 13 octobre 2013 communiquent :

Ils auront l’Alsace et la Lorraine !

Alors que le gouvernement se réjouit de la décision du Conseil Constitutionnel qui valide la loi du 13juillet 2011 relative
à la fracturation hydraulique, nous nous interrogeons sur la judiciarisation de la question de l’exploration et de
l’exploitation des hydrocarbures non conventionnels. En 2011, la loi Jacob n’avait pas été votée par l’actuelle majorité
au motif qu’elle n’était pas suffisamment rigoureuse, qu’elle permettait des expérimentations. Arrivée au pouvoir,
l’actuelle majorité n’a pas modifié cette loi. Elle a attendu une action judiciaire d’un pétrolier pour maintenant se réjouir
du contenu de la loi Jacob. Le gouvernement attendra-t-il une pression judiciaire pour nommer la commission de suivi et
d’évaluation, instaurée par cette loi, qui permettra de mettre en place les expérimentations de fracturation?
Par ailleurs, depuis plusieurs mois, le gouvernement refuse de prendre position explicitement sur les transferts de
propriété (les ?mutations?) de certains permis de recherche. Les industriels se sont lancés dans une débauche
d’attaques juridiques.
Ainsi, dans l’une des affaires qui l’oppose au pétrolier Hess Oil, l’absence de réponse du gouvernement le contraint (1)
à la date du 17 octobre 2013 : soit à autoriser la mutation de sept permis, soit à payer une astreinte de 2000 euros par
jour et par permis. Au moins quatre de ces permis visent explicitement la recherche d’hydrocarbures de roche-mère,
exploitables uniquement par fracturation hydraulique. Nous nous interrogeons sur la passivité chronique de ce
gouvernement qui, dans cette affaire comme dans toutes les autres (2), n’a pas présenté aux juges de dossier de
défense. Nous pensons que ce silence passif est éloquent. Le gouvernement aurait-il décidé de déléguer à la justice
ses choix politiques en la matière ?
Philippe MARTIN, ministre de l’environnement, rejettera-t-il ces demandes comme la loi l’y autorise et conformément
aux promesses du chef de l’État (3) ? De toute évidence il les signera. S’il les signe, il pourra ensuite déplorer de ne pas
avoir pu se soustraire à une décision de justice.
Les collectifs locaux se sont réunis en coordination nationale à Saint-Avold (57). Dans cette région ainsi que dans l’Est
et le Nord de la France, le gouvernement a mis fin au gel de décisions concernant les attributions et prolongations de
permis exclusifs de recherche. Par exemple, en août dernier, il a octroyé les permis dits de Forcelles (54) et Seebach (67), il a prolongé les permis Bleue Lorraine Sud (57) et Soufflenheim (67) ; il a ouvert (en septembre) le permisNord Cambrai (59) à la concurrence, etc.
Le nouvel objectif du gouvernement serait-il d’ouvrir toute grande la porte de l’exploitation des gaz de couche aux
industriels. Dans des régions ayant un fort passé industriel, aujourd’hui faisant face à une crise profonde (Lorraine,
Nord-Pas de Calais, etc.), on fait miroiter aux populations locales des emplois et une exploitation écologique, en
jouant sur la confusion entre gaz de mines et gaz de couche (4).
La région Lorraine, où s’est tenue la réunion, est couverte par onze demandes ou permis exclusifs de recherche.
Pourtant le gaz de mine n’y est plus exploité, les méthodes pour l’extraire n’ont pas changé et ne sont pas devenues
plus faciles ou rentables? L’objectif masqué est d’évidence le gaz de couche et les industriels sont très pressés de
passer de la phase de forages-tests pratiqués actuellement en Lorraine à l’exploitation industrielle de ces gaz qui, sur
la durée, nécessite le recours à la fracturation hydraulique. L’exploitation sans recours à cette méthode ne permet
d’extraire qu’une petite partie des ressources en hydrocarbures, dont les industriels ne se contenteront pas, car ils ont
besoin de rentabiliser leurs investissements. Par conséquent, les industriels ne pourront pas tenir leur promesse de ne
pas utiliser cette technique sur ce type de gisements.
Mais, ici comme ailleurs, la résistance s’organise, les collectifs locaux se renforcent et tissent des liens entre eux, les
populations locales sont donc de mieux en mieux informées. Fortes de cette vision des choses, les populations
céderont-elles encore une fois aux sirènes des industriels ou, préféreront-elles se tourner vers une vraie politique de
sobriété et de conversion énergétique et écologique relocalisée, génératrice d’emplois stables et durables ?
Des alternatives aux hydrocarbures existent.
Sortons des schémas archaïques et productivistes et de la frénésie extractiviste !

Contacts presse
Lorraine, Marie-Noëlle Stephan : 03 87 01 87 14 Sud-Ouest, Sylviane Baudois : 06 83 20 51 96
Nord/Pas-de-Calais, Christine Poilly : 06 21 68 30 87 Jouarre, Isabelle Lévy : 06 63 04 05 19
Ile-de-France, Julien Renault : 06 75 60 59 34 Ile-de-France, Philippe Pascot : 06 78 08 99 07
(1) ordonnance du tribunal administratif de Cergy, 26 septembre 2013, PCJA : 54-035
(2) T.A. de Chalons en Champagne en janvier 2013, Conseil d’Etat en juillet 2013, T.A. Cergy-Pontoise en avril et en septembre 2013
(3) Allocution de François Hollande le 14 juillet 2013
(4) http://www.nongazdeschiste.fr/index.php/coordinationnationale/301-gaz-de-couche-nouvel-avatar-des-masseurs-de-roche

 

Heberg<br /><br />
eur d'image

Ce contenu a été publié dans Annonces. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Blocage des indésirables par WP-SpamShield