COLLECTIF 32 NON AU GAZ DE SCHISTE


Des nouvelles sur la question des GDS et les actions à venir chez nos amis gersois

Lettre d’information du 3 mai 2013

Coordination nationale

Le Collectif 32 a participé à la Coordination nationale des collectifs non aux gaz de schiste et de houille les 27 et 28 avril dans la Drôme. Vous trouverez en pièce jointe le communiqué de presse commun.

Rencontres et débats

Dimanche 5 mai à 15h, salle des fêtes de Saint- Christaud, débat public

Débat public sur le permis de Saint Griède, animé par le Collectif 32, avec projection du film « Gasland » de Josh Fox.

Dimanche 2 juin, de 10h à 17h, à Auch, festival « N’inchistez pas »

Organisé par le Collectif 32 : stands, informations, débats, marché bio, animations, buvette, pique-nique, musique? Une journée familiale contre les gaz de schiste et pour la transition énergétique (plus d’informations très prochainement ! ).

Situation des permis de recherche

Rappel : le Gers et les départements voisins sont particulièrement impactés par la recherche d’hydrocarbures avec  des permis d’exploration en cours sur lesquels des travaux sont prévus (Saint-Griède) ainsi que des demandes de permis d’exploration (Eauze, Mirande, Tartas, Brive?), déclarés recevables et où la mise en concurrence a été lancée par les services de l’Etat.

D’autres permis sont en cours dans le Gers : Tarbes-Val d’Adour, Côtes-de-Gascogner, Ger. Eux aussi sont à surveiller.

Les entreprises prétendent actuellement rechercher des hydrocarbures conventionnels, en s’engageant à ne pas recourir à la fracturation hydraulique, interdite par la loi du 13 juillet 2011. Mais ils mènent un lobbying intense auprès de certains ministres et des élus et espèrent une modification de la législation pour exploiter les gaz et huiles de schiste et autres hydrocarbures non-conventionnels. Commencer des travaux d’exploration maintenant leur permettra d’être opérationnels si cette exploitation est autorisée.

 

Permis de Saint Griède 

Concession accordée à la société australienne Gas2Grid

Les travaux de recherches géophysiques par vibro-sismique prévus dans le dossier de travaux déposé à la préfecture par Gas21Grid et reçus par les maires* pour le premier trimestre 2013 n’ont pas commencé.

Suite aux démarches du Collectif 32, le préfet a répondu en envisageant une nouvelle étude du dossier et en subordonnant les travaux à un arrêté d’autorisation. 

La concession de cinq ans accordée à Gas2Grid vient à échéance le 21 avril (en fait, en mai, date de parution de l’attribution de la concession au Journal officiel). Gas2Grid a sollicité le renouvellement de sa concession le 24 janvier dernier. Cela signifie que des travaux peuvent être menés au cours des prochains mois.

C’est pourquoi le Collectif 32 Non au gaz de schiste demande :

        l’interdiction préfectorale des travaux  prévus par Gas2Grid sur le permis de Saint-Griède

        le refus du renouvellement de la concession du permis de Saint-Griède

        l’abrogation de ce permis.

*Communes concernées par les travaux de Gas2Grid.

Dans le Gers : Arblade le Haut, Bars, Bassoue
s, Cahuzac sur Adour, Castex d’Armagnac, Caumont, Caupenne d’Armagnac, Estang, Goux, Lanne-Soubiran, Lannemaignan, Lanjuzan, Laveraët, Le Houga, Magnan, Marciac, Mascaras, Mauléon d’Armagnac, Maulichères, Maumusson-Laguian, Maupas, Monguilhem, Monlezun, Monlezun d’Armagnac, Monclar sur Losse, Mormès, Pallane, Panjas, Perchède, Riscle, Saint Christaud, Saint Germé, Saint Griède, Saint Maur, Saint Mont, Salles d’Armagnac, Sarragachies, Tarsac, Termes d’Armagnac, Toujouse, Tourdun, Troncens. Dans les Landes : Arthèz d’Armagnac, Bourdalat, Cazères sur Adour, Hontanx, Labastide d’Armagnac, Le Frèche, Lussagnet, Montégut, Perquie.

Demandes de permis d’Eauze et de Mirande 

(Demandes déposées par Gas2Grid en novembre 2010 pour Eauze et en mars 2011 pour Mirande) 

La procédure de mise en concurrence (durée : 90 jours) est parue au JO fin février. Cela signifie que la DREAL considère ces permis comme recevables et les étudie. La concession n’est pas forcément attribuée à la société pétitionnaire. C’est en fonction des dossiers déposés lors de cette mise en concurrence que la DREAL, les services du ministère de l’Environnement et la préfecture concernée prennent la décision d’accorder la concession à une ou plusieurs sociétés ayant concouru.

Autres mises en concurrence

Le processus de mise en concurrence a également été lancé pour une dizaine d’autres permis. Dans le Sud-Ouest : Tartas (Gas2Grid) et Brive (Hexagon Gaz), ainsi qu’en Seine-et-Marne et dans l’Est.

Ces mises en concurrence montrent que l’exploitation des hydrocarbures non conventionnels ? sous le prétexte d’exploiter des hydrocarbures conventionnels dans un premier temps ? est envisagée par le gouvernement. Par ailleurs, il n’y a toujours aucune transparence vis-à-vis des citoyens, et la réforme du Code minier qui est en cours ne semble pas laisser la place à l’information et à l’avis des citoyens et ne prévoit pas d’interdire l’exploration et l’exploitation des hydrocarbures non-conventionnels.

Gaz de houille

L’exploitation d’autres hydrocarbures non-conventionnels, comme le gaz de houille (appelé auparavant grisou) est envisagée dans d’anciennes zones d’exploitation de mines de charbon (Nord et Est). Il faut également recourir à la fracturation pour cette exploitation.

N’hésitez pas à nous contacter pour tous renseignements ou toute information. 

Collectif Non au Gaz de schiste 32 

06 83 20 51 96 / 09 54 41 69 41

Collectifs non aux gaz et huiles de schiste et de houille*
COMMUNIQUE DE PRESSE – 29 AVRIL 2013

 
Les collectifs locaux, réunis en coordination nationale à Châteauneuf-sur-Isère, Drôme, les 27 et 28 avril 2013, déclarent :

 
Nous constatons que la puissance de feu des industriels du gaz et du pétrole auprès du gouvernement et des médias est déployée pour accompagner la révision du Code minier dans le sens qui leur serait le plus favorable; qu’ils attendent également des décisions dans le même sens, en réponse à leurs actions juridiques telle que la QPC (1) suite à des recours administratifs.

 
Les collectifs réaffirment leur exigence de reconversion énergétique vers des renouvelables à faible impact environnemental. Plus que jamais vigilants et déterminés, ils renforcent la convergence avec d’autres mobilisations contre toutes formes d’extractivisme et les grands projets inutiles imposés, en particulier «Notre-Dame-des-Landes ». Convergence qui s’exprimera, entre autres, lors de la journée internationale «Global Frackdown » du 19 octobre prochain.
L’audition le 24 avril dernier du Conseiller d’Etat Thierry Tuot par la Commission du développement durable de l’Assemblée Nationale (2) présage du pire pour la révision du Code minier. Nous pointons notamment la possibilit

Ce contenu a été publié dans Annonces. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Blocage des indésirables par WP-SpamShield